E comme EnVie

vignette article

Au LEGTA La Germinière, les terminales STAV profitent du cours de philo pour redéfinir la langue française à leur sauce. Un abécédaire à découvrir en lignesur leur blog, et dans notre Interview.

Créé en 2011 pour faciliter l'apprentissage des notions de philosophie, l'abécédaire est un blog collaboratif qui s'enrichit chaque année un peu plus. En partant de l'origine de chaque mot, les lycéens nous expliquent des notions aussi variées que "habitude" ou "ineffable". Un outil "ludique et pratique", selon leurs propres mots.
Rencontre avec Gurvan et Antoine, rédacteurs :

- Vous pouvez définir l'abécédaire ?
- C'est pas un dictionnaire, c'est plus ludique qu'un dictionnaire et c'est beaucoup plus pédagogique aussi.
On définit en donnant l'explication depuis le début, en partant du latin.
C'est un dictionnaire un peu plus facile, c'est pas vraiment un dictionnaire, c'est une façon de comprendre les mots un peu plus simple, à partir de la racine, puis en le mettant à notre niveau parce qu'on n'a pas forcément le même langage que dans les dictionnaires.
On met les mots à notre niveau, on les arrange à notre manière.
- En quoi c'est plus pédagogique ?
- Déjà on est acteurs, c'est formé à notre image, expliqué simplement de manière à ce qu'on comprenne. Et comme on l'a pratiqué, on comprend mieux les autres mots.
- Comment ça se passe en pratique ?
- On avait une liste de mots, et on choisissait un mot chacun dans la liste. Après on le développait. Ça allait de « eschatologie » à « l'âme » en passant par « le secours »... c'est très très large.
- C'est facile de rédiger ?
- On a un plan à suivre, mais c'est que les grandes lignes, et après on peut se permettre une certaine liberté. Il y a l'explication du mot, les synonymes, antonymes, et on avait une image à choisir en lien pour illustrer le mot.
- est ce que vous avez appris autant en faisant votre mot qu'en prenant connaissance des mots des autres ?
- Moi je suis tombé sur un mot que je ne connaissais pas « eschatologie », d'ailleurs j'ai encore du mal. Mais je pense que, oui, en lisant les autres pages, ça permet de comprendre d'un autre point de vue les mots qu'on a l'habitude de rencontrer en philo.
- Le dictionnaire existe depuis plusieurs années. Vous avez été lire les mots des années précédentes ?
- On n'a pas lu l'abécédaire en entier, faut pas que ce soit une corvée. Mais, oui, on a lu quelques mots. On a lu en cours, et moi je me suis appuyé sur les travaux des autres années.
On pioche : on en prend quelques uns au hasard et on les lit comme ça, c'est pas une corvée.
- Techniquement, comment ça se passe ?
- D'abord on les écrit sur papier, puis on les met en ligne. On fait la mise en page, même si on n'a pas créé le site.
- Vous avez d'autres projets d'écriture ?
- Non, ça nous a pas créé une vocation non plus
- D'ici on a l'impression que ça vous a plu quand même ?
- Quand on travaille là-dessus les cours sont un peu plus vivants et pour une fois en philo, on travaille sur quelque chose de concret, c'est rare. Après, pour nous la philo c'est un petit coeff au bac. Ça a permis à beaucoup de gens de s'y intéresser un peu plus et de gagner quelques points. Grâce à ça je suis passé de 9 à 11. La philo c'était un peu une corvée mais là c'est plus tourné vers quelque chose d'intéressant et de ludique

Blog