Jeunes pousses à la maison de retraite

vignette article

Des élèves de terminale Vente horticole du Lycée de Montravel ont offert leur temps, leurs compétences et quelques plantes aux résidents d'une maison de retraite. Retour sur cette expérience avec Anaïs et Sarah.

Quel est ce projet ?
Dans le cadre de notre BAC, on a du passer un Module d'Adaptation Professionnel. C'est un projet qu'on doit construire avec toute une classe. On avait le choix de travailler avec des enfants ou des personnes âgées. Pour innover on a voulu travailler avec des personnes âgées, sachant que ce sont des personnes qui sont seules en général ou qui ne vont pas très bien. Les enfants ont des animations beaucoup plus souvent.
Qu'est ce que vous avez fait avec eux ?
Déjà on est allé les rencontrer pour leur expliquer le projet pour savoir si ça leur convenait ou pas et on leur a proposé de faire un carré potager avec plutôt des plantes aromatiques : plutôt des fleurs et des plants aromatiques, pas vraiment des plants potagers . Et le deuxième projet c'était de faire une composition pour Pâques.
Ils ont accepté facilement ?
Oui, il y a avait des personnes du lycée qui avaient des grands-parents dans la maison de retraite. Et la responsable des animations avait sa fille à Montravel, en production.
Comment vous vous répartissiez les activités avec eux ?
On a fait deux groupes : un groupe qui faisait les compositions pour Pâques, et un autre groupe qui faisait les carrés potagers. Donc ça, c'est la responsable d'animation qui a fait les groupes par avance, par rapport à leur mobilité leurs envies aussi. Pour les compositions, il y avait un élève avec une personne âgée qui lui montrait et l'aidait à le faire. Parce qu'ils avaient quand même besoin d'aide pour le réaliser. Et il y avait un autre groupe avec le carré potager. C'est un carré potager qu'on a monté en avance, après on leur a fait mettre la terre dans le carré, on leur a un peu expliqué le rôle des plantes, ce qu'ils pouvaient faire avec, si c'était comestible, la senteur, culinairement ce qu'ils pouvaient faire avec. On leur a montré comment on plantait et après on les a laissé faire, c'est vraiment eux qui faisaient et nous qui les encadrions, en discutant pour créer un peu des liens.
Ça vous a plu ?
Oui, énormément ! On a pris toute l'après-midi pour faire ça. Et ensuite sur la fin on avait organisé un goûter, et même des jeux avec une chanson pour terminer ça d'une manière assez sympa. Ils ont beaucoup aimé. On a eu un très bon échange, un très bon accueil, donc c'était très agréable.
Qu'est ce que vous en retenez ?
On a appris des choses d'eux et inversement. Malgré les différences d'âge ça s'est super bien passé. On a fait connaissance, on a créé des liens. C'était vraiment super, c'était une expérience qu'on refera avec plaisir. C'était pas pareil que de travailler avec des enfants parce que c'était des personnes qui étaient vraiment âgées, ils étaient très peu mobiles. Donc il fallait être très très patient avec eux. Et d'un côté c'était quand même un challenge parce qu'il fallait des fois répéter beaucoup. Il y a quelqu'un dans la classe il a du répéter au moins une trentaine de fois la même chose à une dame tout en restant patient.
« Malgré la différence d'âge », vous craigniez cette différence ?
C'est surtout que l'ambiance d'une maison de retraite ça fait un peu hospitalier, puis c'est vraiment des gens âgés qui sont des fois en fin de vie et du coup ça peut choquer. Il y en a pour qui ça peut rappeler des souvenirs parfois un peu douloureux. Mais ça nous a permis de faire un échange, et de leur donner une animation, changer un peu leur quotidien.
Vous ne regrettez pas d'avoir été voir les aînés ?
Non, on a préféré aller voir des personnes âgées que des enfants.

Pour en savoir plus, retrouvez le compte-rendu réalisé par les lycéens eux-mêmes.

Témoignage EDD